Les marchés financiers, comment ça marche ?

Nous entendons parler tous les jours des marchés financiers. Que représentent-ils ? À quoi servent-ils ? Quels en sont les acteurs ? À travers ce dossier, découvrez toutes les clés pour comprendre les marchés financiers et leur fonctionnement mais aussi et surtout… pour comprendre leur lien avec votre épargne financière !

Mots-Clés
Partager

Marchés financiers : de quoi parle-t-on ?

Des règles de fonctionnement semblables à celles d’un marché traditionnel

Le rôle des marchés financiers est simple : permettre aux entreprises et aux États de se financer. Comme tout autre marché, les marchés financiers favorisent la rencontre de l’offre (représentée par les investisseurs) et de la demande (les emprunteurs).

 

En pratique, les agents économiques en quête de moyens financiers peuvent y lever des capitaux auprès d’une multitude d’investisseurs potentiels. Pour lever des capitaux, ces agents émettent des instruments financiers qu’ils proposent ensuite sur les marchés :

  • actions,
  • crédits à court terme,
  • obligations,
  • devises,
  • etc...

Comme sur tous les marchés, l’évolution de leur valeur dépend de l’intensité de la demande par rapport à l’offre et inversement. Le prix d’un instrument financier dépend ainsi de la confiance que les acteurs du marché lui accordent à un instant T. Elle n’est pas nécessairement le reflet de sa valeur intrinsèque.

 

 

Les marchés financiers fonctionnent selon la loi de l’offre et de la demande

Un rouage essentiel de l’économie

Les marchés financiers participent au financement de l’économie en permettant aux agents économiques de bénéficier des capitaux nécessaires : le programme d’investissement d’une entreprise ou les dépenses d’un État par exemple.

Les marchés financiers ont ainsi pour mission de fluidifier la circulation de l’argent. Pour cette raison, ils sont indispensables à l’économie réelle. Beaucoup d’entreprises par exemple ne pourraient pas investir et se développer si elles ne pouvaient pas accéder aux capitaux extérieurs.

Des marchés très encadrés par la loi

Chaque instrument financier émis par un agent économique est échangé sur un marché spécifique : le marché des actions, le marché des obligations, etc. C’est pour cela que l’on parle de marchés financiers et non de marché financier. Le pluriel est de rigueur ! Les OPC proposés par LCL vous permettent notamment d’accéder à ces marchés, en toute simplicité.

 

Ce qu’il est important de retenir, c’est que le fonctionnement de chacun d’eux est encadré par une réglementation spécifique très stricte. Chaque émetteur doit par exemple fournir un niveau d’information minimum aux investisseurs potentiels. C’est ce qu’on appelle la transparence financière. Elle est indispensable pour permettre aux investisseurs de prendre leurs décisions en toute connaissance de cause.

 

 A noter !

L’activité des marchés financiers est encadrée en France par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Cette autorité indépendante a pour mission de veiller :

- à l’information des investisseurs, en vue de protéger leur épargne,

- au bon fonctionnement des marchés d’instruments financiers.

Le marché monétaire

Le marché monétaire est un marché de capitaux à court terme. Il permet aux institutions financières d’y gérer leurs liquidités :

  • trésors nationaux,
  • banques centrales,
  • banques commerciales,
  • gestionnaires de fonds,
  • assureurs,
  • grandes entreprises.

LCL vous permet d’accéder à ce marché en vous proposant des OPC monétaires. Ces institutions y placent leurs avoirs à court terme ou se procurent des financements courts, de 1 jour à 2 ans. Les établissements en surplus de liquidité prêtent à ceux qui sont en déficit. L’équilibre entre les 2 est assuré par les banques centrales.

 

Exemple: EDF facture le courant électrique une fois par trimestre à ses clients individuels. L’entreprise enregistre donc tous les 3 mois des rentrées massives d’argent qu’elle place à court terme. En revanche, ses charges sont plus étalées dans le temps. Elle peut donc avoir besoin d’emprunter les 15 derniers jours pour « faire la soudure ».
 
Quel niveau de risque ?

Les instruments du marché monétaire (bons du Trésor, billets de trésorerie, certificats de dépôts, etc.) sont caractérisés par un faible risque de crédit et une forte liquidité. Ils se trouvent tout en bas de l'échelle « rendement/risque ».

 

Les principaux indices du marché monétaire international

 

NOM ZONE DÉTAIL
EONIA
drapeau zone euro
Taux de référence quotidien des dépôts interbancaires effectués au jour-le-jour dans la zone euro
FED FUNDS
drapeau Etats-Unis
Taux d’intérêt directeur fixé toutes les 6 semaines par la Réserve Fédérale (FED) pour le marché américain
EURIBOR
drapeau zone euro
Taux moyen auquel un échantillon de 57 grandes banques établies en Europe prêtent à d’autres grandes banques. Il est déterminé par la Banque Centrale Européenne

Le marché des obligations

 

C’est un marché sur lequel les États, les organismes publics et les entreprises privées se financent. Pour cela, ils émettent des obligations.

 

Rappelons ce qu’est une obligation : un titre de créance émis par une entreprise ou un État. Acheter une obligation d’une valeur de 100 €, émise par une société, revient à lui prêter 100 €. Les obligations sont rémunérées par un taux d’intérêt et sont remboursables au terme prévu. Elles sont généralement émises sur des échéances longues. Il en existe plusieurs types dont :

  • les obligations à taux fixe,
  • les obligations à taux variable,
  • les Obligations Assimilables du Trésor (OAT) émises par l’État,
  • les obligations convertibles, qui offrent la possibilité d’échanger le titre contre une action de l’entreprise émettrice.

 

On distingue les marchés obligataires :

  • primaire, qui recouvre les nouvelles obligations émises,
  • secondaire, qui comprend les obligations déjà en circulation.

 

Comment évolue le prix d'une obligation ?

Les cours des obligations évoluent à l'inverse des taux d'intérêt.

Prenons un exemple : une obligation a été acquise sur le marché primaire alors que les taux obligataires à 10 ans étaient de 6 %. Si quelque temps plus tard, les taux sur 10 ans atteignent 8 %, le prix de revente de cette obligation baissera. En effet, les investisseurs refuseront une rémunération de 6 % quand les rendements offerts sur le marché sont de 8 %.

 

Quel niveau de risque ?

Les obligations peuvent offrir des rendements supérieurs aux placements monétaires. Toutefois, elles supportent un risque de taux d'intérêt influant sur leur prix de revente.

 

Quelle notation ?

Des agences de notation comme Moody's, Standard & Poor’s, ou Fitch Ratings, attribuent des notes aux entreprises et entités qui interviennent sur le marché obligataire, en fonction de leur solvabilité :

 

Exemple d’échelle de notation de Standard & Poor’s pour les obligations à long terme

echelle notation S&P

Exemple : une entreprise notée CCC émettra des obligations à un taux plus élevé qu’une entreprise notée AAA. Mais cette rémunération est la contrepartie d’un risque plus élevé !

 

Le marché des actions

C’est le marché financier le plus connu et le plus accessible aux particuliers. On distingue les marchés des actions :

  • primaire, sur lequel les entreprises qui veulent lever des fonds, peuvent émettre des actions vendues à des investisseurs,
  • secondaire, sur lequel les actions, une fois émises, sont échangées entre les investisseurs.
 
Qu’est-ce qu’une action ?

C’est le titre de propriété d’une part d’une société qui donne le droit de percevoir une part de ses bénéfices : le dividende. Le dividende est versé une fois par an si les résultats de l’entreprise ont été positifs et que ses dirigeants ont choisi de verser une partie des bénéfices à leurs actionnaires.

Détenir une action permet ainsi d’espérer :

  • percevoir des revenus (si l’entreprise verse des dividendes),
  • réaliser une plus-value (si l’action est revendue et que son cours a augmenté depuis son acquisition).
 
Comment évolue le prix d’une action ?

Le cours de l’action évolue en fonction :

  • des performances financières de l’entreprise,
  • du climat économique et financier,
  • de la confiance des investisseurs dans le potentiel de croissance de l’entreprise.

Lorsque la conjonction de tous ces facteurs est favorable, les investisseurs sont plus nombreux à souhaiter acheter des actions : leur valeur monte.

Lorsqu’elle est défavorable, les investisseurs cherchent à les vendre car ils considèrent que leur valeur est sur le point de baisser. Le cours baisse. Cela explique notamment qu’un investissement en action n’entraîne pas de garantie sur le capital que l’on investit.

 
Principaux indices des marchés actions 

 

Nom Zone Composition
CAC 40
drapeau_français
Indice phare de la Bourse française, composé des 40 plus grandes sociétés cotées sur la Bourse de Paris
Euro Stoxx 50
drapeau zone euro
Equivalent européen du CAC 40, représentatif des 50 plus grandes sociétés des pays de la zone euro
S&P 500
drapeau Etats-Unis
Indice composé des 500 plus grandes sociétés cotées sur les Bourses américaines
Nikkei 225
drapeau_japon
Indice composé des 225 plus grandes sociétés du marché japonais cotées sur la Bourse de Tokyo
FTSE 100
drapeau_uk
Le « FOOTSIE » est composé des 100 plus grandes sociétés du marché britannique cotées sur la Bourse de Londres
SMI
drapeau_suisse
Indice composé des 20 plus grandes sociétés du marché suisse cotées sur la Bourse de Zürich
TOUTE L'INFORMATION
SUR NOS FONDS