Comment choisir un OPC pour placer votre trésorerie ?

Pour choisir le bon OPC, il faut d’abord se poser les bonnes questions. Quel montant ai-je à placer ? Pendant combien de temps ? Pour quel niveau de rendement ? Quel niveau de risque suis-je prêt à accepter ? Mon argent doit-il rester disponible ? Votre Conseiller LCL est là pour vous aider à répondre à toutes ces questions !

Partager

Déterminer le montant à investir

Savez-vous déjà quel est le montant des liquidités que vous êtes prêt à placer ? La réponse que vous apporterez à cette question conditionnera pour partie le choix de vos SICAV et FCP. En effet, vous ne pouvez pas acheter moins d’1 action de SICAV ou d’1 part de FCP.

Or, la Valeur Liquidative (VL) d’un OPC peut atteindre plusieurs milliers d’euros. Vous devrez donc investir au minimum le montant correspondant à la VL de cet OPC. 

Ceci est vrai à la fois pour votre 1ère souscription et pour vos souscriptions ultérieures (sauf quand l’OPC est dit « décimalisé », c'est-à-dire que sa VL peut être divisée pour réduire le montant d’investissement).

On le voit, le montant que vous avez à investir est un paramètre important à prendre en compte dans le choix de l’OPC. 

Focus sur la valeur liquidative (VL)

La VL est le prix d’une part (pour un FCP) ou d’une action (pour une SICAV) qui est obtenu en divisant le montant total (actif net) du FCP ou de la SICAV par le nombre de parts ou d’actions. Elle est calculée et publiée selon une fréquence généralement quotidienne ou hebdomadaire indiquée dans la documentation juridique. Les achats et les ventes se font sur la base de cette VL.

Exemple :

La VL d’une part de FCP est de 100 € au moment de son achat et de 105 € au moment de sa revente. Votre plus-value s’élève à 5 €. Inversement : si la VL d’une part de FCP est à 100€ à l’achat et 95€ au moment de la revente, votre moins-value est de 5€.

 

Déterminer votre horizon de placement

Il est également indispensable de déterminer votre horizon de placement. Posez-vous par exemple ces quelques questions :

  • vos excédents de trésorerie sont-ils ponctuels ou structurels ?
  • combien de temps êtes-vous prêt à laisser cet argent investi ?
  • avez-vous besoin que cette épargne reste disponible ?
  • combien de temps vous donnez-vous pour en récolter les éventuels fruits : 1 jour, 3 mois, 6 mois, 1 an ou davantage ?

Placer le bon curseur entre performance et risque

Que privilégiez-vous ? Est-ce la sécurité de vos excédents ? Une protection formelle de votre capital ? La rentabilité de votre investissement ? Dans ce dernier cas, souvenez-vous que le niveau de performance d’un placement est étroitement lié au degré de risque pris…

 

Professionnels : prudence avec votre trésorerie !

Outre la nécessité de toujours conserver une épargne de précaution pour faire face aux imprévus, vous pouvez privilégier des OPCVM très prudents.

Par ailleurs, sachez que certains offrent aussi une protection partielle ou totale du capital investi.

Avez-vous besoin de pouvoir récupérer vos liquidités à tout moment ?

Vous devez vous poser la question de la liquidité de vos placements, c’est-à-dire de la capacité à pouvoir récupérer votre capital à tout moment. La réponse à cette question dépend pour beaucoup de votre horizon de placement. Si vous investissez dans une SICAV monétaire long terme, il est préférable de laisser votre capital investi sur la durée de placement recommandée, indiquée dans la fiche reporting. En effet, la gestion de cette SICAV est effectuée de manière à optimiser le couple rendement / risque selon une échéance long terme. Vendre avant cette échéance peut porter atteinte aux résultats de votre placement.

La majorité des OPC de trésorerie sont totalement disponibles, sans frais de sortie. Autrement dit, vous pouvez récupérer vos liquidités à tout moment. En revanche, si vous avez opté pour des OPC garantis à certaines dates anniversaires, prudence ! Vous ne pourrez récupérer vos liquidités que lors de périodes prédéfinies dans le contrat initial : en dehors de ces périodes, vous courrez le risque de ne plus bénéficier de la garantie. Il est donc important de bien lire la documentation juridique du fonds afin de connaître les conditions de la protection du capital.

 

Comment souscrire nos SICAV et FCP ?

Votre Conseiller LCL se tient à votre disposition pour vous aider à choisir le placement adapté à votre situation et à vos objectifs d’investissement.

Si vous avez un compte professionnel, vous pouvez souscrire  directement nos SICAV et FCP en utilisant le service LCL Access (lien vers ht tp://professionnels.lcl.fr/-tous-nos-produits/lcl-access/ )

TOUTE L'INFORMATION
SUR NOS FONDS